Lindsey Thomas : “Mes objectifs personnels cette saison, c’est de gagner une place de titulaire au sein de l’équipe, et d’atteindre la barre des 10 buts.” (exclu MhscOnair)

Aujourd’hui, focus sur une joueuse prometteuse de la section féminine du Montpellier Hérault Sport Club. C’est Lindsey Thomas, jeune talent de 21 ans, qui évolue actuellement en D1 Féminine avec le MHSC.

Bonjour Lindsey, comment vas-tu et peux-tu te présenter ?
Bonjour, alors moi c’est Lindsey Thomas, j’ai 21 ans, je viens des Antilles, plus précisément de la Guadeloupe. Je joue ailière, ou attaquante au sein du MHSC féminine et mon contrat se termine en 2018.

Qu’est ce qui t’a donné envie de pratiquer un sport collectif comme le football ?
Cette envie m’est venu depuis mon plus jeune âge, lorsque j’observais mon cousin jouer au football, et qui, petit à petit, m’a initié, ainsi depuis l’âge de 7 ans je pratique ce sport collectif.

Quand tu étais petite, ton objectif est-il de devenir joueuse professionnelle ?
Oui c’était l’un de mes objectifs à atteindre dès que j’ai commencé, je savais ce que je voulais, et j’étais décidé à le devenir, même si certains on pu s’en moquer ou dire que j’y arriverais pas, j’ai donc pour le moment prouver le contraire.

Quand tu as décidé de quitter la Guadeloupe, ce fut un choix compliqué ? A quel moment tu as su que c’était la bonne décision ce départ ?
Je dirais oui et non, car c’est moi qui ai pris la décision de partir. J’allais avoir 16 ans et je ne pouvais malheureusement plus pouvoir jouer avec les garçons, et la seule solution c’était de partir en France pour continuer à vivre ma passion pour le football en jouant qu’avec les filles. Mais je dois avouer que les premiers mois n’étais pas forcément évident, seule en France, loin de la famille, mais je me suis accrochée, ça m’a permis de grandir au fil du temps, et je n’ai jamais regretté d’être partis.

Tu as débuté très jeune avec les Féminines MHSC, est-ce un avantage ou un inconvénient ?
Je dirais que c’est un avantage, car à 18 ans je m’entraînais déjà avec le groupe pro, ainsi ma formation a été accéléré dans les attitudes ou le niveau à atteindre, pour prétendre intégrer le groupe pro, avoir du temps jeu, voir même une place de titulaire.

Tu as fait une très bonne saison au FC Bâle la saison dernière, club dans lequel tu étais prêté. On peut dire que ce championnat a permis de te relancer ?
Oui totalement. J’ai passé une bonne année, tous les objectifs que je devais atteindre ont été validé, la confiance en soie, la maturité dans le jeu, l’épanouissement, le temps de jeu mais également et surtout les buts. On finit également 3ème du championnat Suisse. Donc ça a été une année plutôt réussit.

Aujourd’hui, tu es de retour au club, tu joues dans un secteur offensif très performant au MHSC (Jakobsson, Le Bilhan, Tonazzi, Gauvin, Léger..). Comment vis-tu cette concurrence nouvelle ?
Je la vis très bien cette concurrence. Je sors d’une année où j’ai mûri, donc je vois les choses différemment sur et en dehors du terrain. Alors je me sers de cette concurrence pour être au niveau, et apprendre chaque jours auprès de mes coéquipières d’expérience pour continuer mon développement.

Avec le départ de Viviane Asseyi cet été, on peut dire que le coach compte sur toi et le club te fait confiance ?
Sûrement, mais personne n’est indispensable. Alors j’essaie d’être le plus performante possible à l’entraînement et de rendre au coach la confiance qu’il me donne lorsqu’il me fait jouer. Et si je peux aider le club à atteindre ses objectifs en étant la plus performante possible sur le terrain, je le fais sans soucis.

Championne d’Europe U19 en 2013, les Universiades en 2015, tu commences à avoir un beau palmarès, une petite Coupe de France (Challenge de France chez les Féminines) avec le MHSC en 2017 cela ne te dit pas ?
En tant que sportive, bien-sûr on a envie de remporter le plus de trophée possible, alors oui cette année, on se donnera encore les moyens d’aller chercher cette coupe de France, et si possible, la soulever.

Tu as été convoquée en équipe de France B, pour un stage fin octobre à Clairefontaine, l’équipe de France A est-elle un objectif à terme ?
Oui, l’équipe de France A est un objectif à terme, car porter ce maillot c’est ce dont tous footballeurs rêvent. Représenter fièrement son pays est l’ultime but à atteindre. J’ai eu la chance de le porter dans les sélections jeunes (u19 – u20), alors j’espère pouvoir un jour, porter fièrement ce maillot bleu.

Comment pourrais-tu te décrire en tant que joueuse de football ?
Je dirais que je suis quelqu’un qui a un tempérament plutôt calme, quelqu’un de déterminée, obstinée, et parfois, un peu trop dure avec soit même. Mais qui se donne toujours les moyens pour atteindre ses buts et objectifs.

Qui est ton idole ou ton joueur préféré dans le monde du football, et pourquoi ?
J’ai pas forcément d’idole ou de joueur préféré, mais j’en ai deux ou trois que j’aime particulièrement. Karim Benzema, j’aime son sens du but, son activité ou encore sa participation dans le jeu de son équipe. J’aime beaucoup également Lionel Messi, car pour moi, c’est un génie. Il est capable de faire gagner son équipe à lui seul, et Iniesta, pour la clairvoyance dans son jeu. Enfin, pour finir, Zinedine Zidane, symbole de l’équipe de France il y’a quelques années encore, pour sa technique et son sens du jeu, un vrai numéro 10 avec qui on rêve tous un jour de jouer.

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs cette saison ?
Mes objectifs personnels cette saison, c’est de gagner une place de titulaire au sein de l’équipe, et d’atteindre la barre des 10 buts. Ce serait déjà pas mal. Pourquoi pas, essayer d’aller toquer à la porte de l’équipe de France A. Concernant les objectifs collectifs, ce serait de faire aussi bien que l’an dernier en terme de classement (3ème), et, si on peut aller jouer les troubles faites pour les deux premières places on s’en privera pas. Il faudrait essayer de décrocher cette coupe de France, qui nous fuit en finale sur les deux dernières années.

Un petit mot pour terminer cette interview ?
Je tiens à remercier les supporters pour leur soutien et on va tout faire, en cette deuxième parti de saison, pour continuer à produire un jeu plaisant pour leur faire plaisir et pour les rendre fiers de leur équipe pailladine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *