Benjamin Stambouli : “Ce n’est ni de la faute de Montpellier, ni de la mienne”

Dans un entretien accordé au magazine So Foot, le milieu de terrain défensif de l’Adana Demirspor, Benjamin Stambouli, est revenu sur son retour manqué au sein du club pailladin cet été.

“Après mon départ de Schalke, j’étais libre, et on a discuté avec l’entraîneur (Olivier Dall’Oglio, NDLR), Michel Mézy (conseiller du président, NDLR) et Bruno Carotti (directeur sportif, NDLR), mais ils avaient un problème : mon arrivée dépendait de la vente d’un joueur du milieu de terrain. De mon côté comme du leur, il y avait cette envie de reprendre une aventure qui s’était terminée en 2014, c’était la même chose avec Younès (Belhanda). Alors quand mon agent m’a parlé de l’offre d’Adana, je lui ai demandé de prévenir Carotti et Nicollin, par respect et pour savoir s’ils avaient trouvé une solution miracle entre-temps. Ce n’était pas le cas. On a pu penser que c’était parce que je réclamais un trop gros salaire, mais on n’avait même pas encore parlé d’argent. C’est le destin, il faut prendre en compte le contexte sanitaire qui a rendu les choses plus compliquées. Ce n’est ni de la faute de Montpellier, ni de la mienne.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *